FANDOM


Tokyo Babylon
Tokyobabylon cover.jpg
(東京BABYLON, とうきょうバビロン, Tōkyō Babiron)
Sous-titre Sauver Tokyo la Mégalopolis

A Save for Tokyo City Story

Genre Surnaturel, Drame, Shōnen-ai
Manga
Éditeur Shinshokan
Scénario Nanase Ohkawa
Dessin Mokona
Assistants Satsuki Igarashi
Design Nanase Ohkawa (design du livre)

Tsubaki Nekoi (direction)

Éditeur français Tonkam[1]
Traduction française Edition Tonkam
Lettrage et maquette Edition Tonkam
Adaptation Edition Tonkam
Prépublication South (サウス) des éditions Shinshokan de août 1990 à hiver 1993
Type Shôjo
Nombre de volumes 7 (première édition)

5 (réédition)

Date de publication 1991-1994
Date de réédition 2000-2001
Anime
Film(s), OAV, Clip
Titre(s) OAV Tokyo Babylon A save for Tokyo City story

Tokyo Babylon

Studio d'animation OAV Madhouse
Licence OAV Black Bones

(fut licencié chez Manga vidéo et Canal + auparavant)

Date de sortie OAV 21 octobre 1992

21 mars 1994

Nombre d'OAV 2
Film live, Drama
Titre film live Tokyo Babylon 1999
Réalisateur film live George Iida (飯田 譲二, Iida Jōji)
Compositeur Kuniaki Haishima (蓜島 邦明, Haishima Kuniaki)
Acteurs principaux Toshihide Tonesaku (東根作寿英, Tonesaku Toshihide) : Subaru Sumeragi

Wataru Shihôdô (四方堂 亘 Shihōdō Wataru) : Seïshirô Sakurazuka

Durée film live 100min
Date de sortie film live 21 août 1993 (Sortie en VHS)
CD drama, Light novel, Jeux-vidéo
Titre CD drama Tokyo Babylon : CALL

Tokyo Babylon 1999 (se situe après le film live)

Mise en vente CD drama 22 juillet 1992

22 septembre 1993

Tokyo Babylon (東京BABYLON, Tōkyō Babylon) est un shōjo manga des CLAMP, illustré par Mokona et scénarisé par Nanase Ohkawa.
Ce manga fut d'abord pré-publié dans le magazine South des éditions Shinshokan de août 1990 à hiver 1993, avant d'être publiée entre 1991 et 1994 en sept volumes.
Sur la couverture japonaise de Tokyo Babylon on trouve comme sous-titre la phrase :"A Save for Tokyo City Story", qui donne le ton de l'histoire avec la sauvegarde de Tokyo.
A celle-ci on peut rajouter la phrase ouvrant la première histoire du titre : "Est ce que tu détestes Tokyo?"(あなた は 『東京』 がきらい てす か? Anata wa Tōkyō gakirai desu ka?)
Le manga connaît un très gros succès et l'histoire est adaptée en deux OAV de 45 minutes en 1994, ainsi qu'en un film en 1993.

Il est édité en français aux éditions Tonkam.

Histoire Modifier

Âgé de 16 ans, Subaru Sumeragi, treizième chef du clan Suméragi, partage son temps entre sa sœur jumelle, Hokuto, son pseudo petit ami, Seïshirô Sakurazuka, et son métier : Maître du Yin et du Yang ou Onmyōji[2] (médium et exorciste). Les enquêtes du jeune homme nous entraînent à la découverte du côté sombre de la ville de Tōkyō et de ses habitants. Toutefois, Subaru ne semble pas fait pour ce métier et sa sœur ne manque pas de s'inquiéter pour lui. À raison semble-t-il puisqu'à plusieurs reprises, sans qu'aucun des deux jeunes gens ne le sache, l'aide discrète de Seishirô aura sauvé Subaru de justesse. Seulement Seishirô, lui, n'a rien d'un magicien. Il pratique le métier de vétérinaire, métier qu'aurait voulu exercer Subaru, et n'est pas censé posséder les mêmes facultés que son jeune ami. À moins bien sûr, qu'il ne soit pas ce qu'il prétend être. De son côté, Subaru a lui aussi quelques petits secrets. Bien que sa sœur l'entraîne à porter les vêtements les plus excentriques, la seule chose qu'il conserve toujours dans ses tenues, ce sont ses gants. Quel mystère est caché là dessous ?

Personnages principauxModifier


  • Subaru Sumeragi : Jeune Onmyōji (Maître du Yin et du Yang), âgé de 16 ans, Subaru est le 13ème chef de la famille Sumeragi. Il a foncièrement bon cœur et est de nature douce et sensible. Il est pourtant confronté, en raison des affres de sa profession, à la violence quotidienne (meurtre, vol, viole, mensonge, trahison...) de la mégalopole Tokyo dans laquelle il officie. Il a toutefois à ses côtés pour le soutenir sa sœur jumelle Hokuto et le mystérieux Seïshirô. Il porte en permanence, pour une raison mystérieuse, des gants pour cacher ses mains à la demande de sa grand-mère ancien chef de la famille Sumeragi.



  • Seïshirô Sakurazuka : Il est vétérinaire dans le quartier de Shinjuku, à Tokyo. Il est devenu ami avec les jumeaux Sumeragi suite à sa rencontre avec Subaru dans le métro de Tokyo. Si a priori il semble être tout à fait normal et se prétend tel quel, il cache en fait sa vrai nature. Il est lui aussi Onmyōji, le Sakurazukamori, ennemie des Sumeragi, connue pour sa maîtrise de la magie noire et ses assassinats. Il prétend être amoureux de Subaru et drague allègrement le jeune homme, mais ses réelles motivations sont plus mystérieuses, liées à une promesse qu'il a faite à Subaru lorsqu'il était encore enfant et que ce dernier a oublié.



  • Hokuto Sumeragi : Sœur jumelle de Subaru, à la différence de ce dernier elle ne possède que peu de pouvoir. Son caractère est aussi aux antipodes de celui de son frère. Elle est vive et excentrique avec un franc parlé qui peut parfois mettre Subaru dans l'embarras. Cependant ceci n'est qu'un masque, et elle se révèle être quelqu'un de plus mature mais aussi plus tristement réaliste de la nature humaine que son frère, dont elle cherche à protéger l'innocence. Bien qu'elle se méfie de lui, elle cherche sans arrêt à pousser Seïshirô vers son frère, consciente qu'un lien uni les deux hommes.

CrossoversModifier

Omake RG Veda Tokyo Babylon.jpg

Omake réunissant les personnages de Tokyo Babylon et RG Veda

Il n'y a pas à proprement parlé de crossover dans Tokyo Babylon, cependant les chapitres "Call" au volume 3 semblent préfigurer certains éléments de l'histoire de X. En effet, les jeunes filles de cette histoire sont convaincues d'être des êtres élus, dotés de pouvoirs, et que leur destin sera déterminant dans l'apocalypse à venir en 1999.

La Tour de Tokyo est un élément important dans le récit de Tokyo Babylon, comme elle l'est dans bon nombre des premières œuvres des CLAMP telles que Clamp School Detectives, X ou encore Magic Knight Rayearth.

En parallèle à leurs mangas, les CLAMP publiaient à l'époque de la publication de Tokyo Babylon des omake, courts strips de quelques cases. Ces petites BD humoristiques mettent en scène les personnages de leurs diverses publications.
C'est ainsi qu'on retrouve dans l'une d'elles, Subaru au côté d'Ashura de RG Veda.

Présence de Tokyo Babylon dans les autres œuvres de ClampModifier

Les CLAMP aiment faire des clins d’œil a leurs œuvres passées dans leurs mangas. Ainsi Tokyo Babylon voit son univers s’immiscer dans d'autres ouvrages du quatuor.


  • Dans X toujours, on trouve aussi la présence d'Hokuto Sumeragi, qui apparaît en tant que souvenir dans les rêves du yumemi (liseur de rêves), Kakyô Kuzuki.


  • La grand-mère des jumeaux Sumeragi apparaît aussi dans X. Elle y est plus âgée et se déplace en fauteuil roulant.


  • Dans le premier volume de xxxHOLiC, la sorcière Yûko Ichihara mentionne qu'elle connait un exorciste (Onmyōji) et sa sœur jumelle depuis leur enfance. Elle dit souhaiter qu'ils soient heureux dans l'avenir, tout en sachant qu'il y a plusieurs formes au bonheur. Bien qu'elle ne les cite pas, Yûko fait ici clairement référence à Subaru et Hokuto.


  • Bien que ce soit des doubles d'autres dimensions cette fois, on retrouve Subaru et Seïshirô dans Tsubasa -RESERVoir CHRoNiCLE-. Subaru, qui retrouve dans cette oeuvre son apparence juvénile de Tokyo Babylon, y est un vampire, frère jumeau de Kamui. Seïshirô, quant à lui, devient le frère cadet de Fûma Monô. Il est un chasseur de vampire traquant les vampires jumeaux à travers les dimensions et qui enseigna l'art du combat au jeune Shaolan.


  • Dans la suite de Tsubasa -RESERVoir CHRoNiCLE-, Tsubasa -WoRLD CHRoNiCLE- le personnage de Seïshirô est une fois de plus mentionné.


  • Bien qu'aucun personnage de Tokyo Babylon n’apparaît dans Gate 7, le personnage de Tachibana, de part son apparence physique, sa gémellité et ses origines kyotoïtes rappelle étrangement Subaru.


MangaModifier

Volumes reliésModifier

Première éditionModifier

Volumes reliés Couverture Date de publication japonaise Date de publication française
1
Tokyobabylon cover.jpg
10/04/1991 01/02/1996
2
Tokyo babylon vo 2.jpg
10/11/1991 27/04/1996
3
Tokyo babylon vo 3.jpg
25/01/1992 22/07/1996
4
Tokyo babylon vo 4.jpg
10/07/1992 18/10/1996
5
Tokyo babylon vo 5.jpg
05/04/1993 20/02/1997
6
Tokyo babylon vo 6.jpg
25/08/1993 18/06/1997
7
Tokyo babylon vo 7.jpg
25/03/1994 28/09/1997
Artbook Tokyo Babylon Photographs
Tokyo Babylon Artbook.jpg
25/04/1996 non publié



Deuxième éditionModifier

Volumes reliés Couverture japonaise Couverture française Date de publication japonaise Date de publication française
1
Tokyo-babylon-manga-volume-1-bunko.jpg
T-ky-babylon-manga-volume-1-nouvelle-edition.jpg
10/12/2000 17/06/2009
2
Tokyo-babylon-manga-volume-2-bunko.jpg
T-ky-babylon-manga-volume-2-nouvelle-edition.jpg
10/12/2000 26/08/2009
3
Tokyo-babylon-manga-volume-3-bunko.jpg
T-ky-babylon-manga-volume-3-nouvelle-edition.jpg
05/01/2001 07/10/2009
4
Tokyo-babylon-manga-volume-4-bunko.jpg
T-ky-babylon-manga-volume-4-nouvelle-edition.jpg
05/01/2001 16/12/2009
5
Tokyo-babylon-manga-volume-5-bunko.jpg
T-ky-babylon-manga-volume-5-nouvelle-edition.jpg
05/01/2001 17/02/2010


Pour cette deuxième réédition les couvertures japonaises françaises différent.

Troisième édition : DeluxeModifier

Volumes reliés Couverture Date de publication japonaise Date de publication française
1
Tokyo-babylon-manga-volume-1-deluxe.jpg
07/01/2012 non publié
2
Tokyo-babylon-manga-volume-2-deluxe.jpg
04/04/2012 non publié
3
Tokyo-babylon-manga-volume-3-deluxe.jpg
04/09/2012 non publié
Box
Box deluxe TB.jpg
28/04/2013 non publié



Titres des chapitresModifier

Volume 1 Volume 2 Volume 3
Vol 0: T·Y·O

Vol 1: Babel
Vol 1.5: Destinée (titre original "Destiny")

Vol 2: Rêve (titre original "Dream")

Annexe: Sourire (titre original "Smile")

Vol 3: Call.A

Vol 3: Call.B



Volume 4 Volume 5
Vol 0: T·Y·O

Vol 4: Crime
Vol 5: Save.A
Vol 5: Save.B

Vol 6: Old

Vol 7: Box
Vol 8: Rebirth



Volume 6 Volume 7
Vol 9: News

Vol 10: Paire

Vol 11: End

Annex: Secret
Annex: Start

OAVModifier

Deux OAV (Original Video Animations) tirées de la série Tokyo Babylon verront le jour en 1992 (21 octobre 1992) et 1994 (21 mars 1994) animées par le Studio Madhouse.
Ces deux vidéos, destinées à la vente et initialement sorties en VHS au Japon, proposent toutes deux une histoire originale.
Ainsi dans la première OAV, Subaru Sumeragi enquête sur une série d'accidents s'étant produits sur un chantier de construction, alors que dans la deuxième il fait la rencontre d'un autre onmyoji (maître du Yin et du Yang) comme lui, qui aide la police dans la recherche d'un tueur en série.
La productrice Yumiko Masujima a déclaré, dans l'interview qu'elle a donné dans Clamp Anthology[3] qu'il fut très difficile de recréer dans les OAV l'atmosphère du manga.
Au Japon, les deux OAV furent re-sorties à la vente le 21 juin 2000, cette fois-ci en format DVD, et le 26 mars 2003 dans une édition collector.

En France, les deux OAV connaissent une première sortie en VHS en septembre 1996, éditées par Manga Vidéo.
Elles auront droit aux honneurs de la télé en étant diffusée sur la chaîne Canal + le 28 avril 1999.
Puis il faudra attendre la reprise de la licence par Black Bones[4] pour voir une sortie DVD des OAV le 29 janvier 2009. Une version dite édition Gold est aussi sortie le 29 janvier 2014.
Sur internet ces OAV sont aussi disponibles légalement et gratuitement depuis septembre 2010 sur Manga-News.TV[5], déclinaison du célèbre site Internet Manga-News.

Staff completModifier

Comité de production:[6][7][8]

  • Movic
  • Sony Music Entertainment (Japan) Inc.
  • Shinshokan (OAV 2)

Studio d'Animation:

  • Madhouse
  • Animate Film

Réalisateur: Koichi Chigira
Compositeur: Toshiyuki Honda
Créateur original: CLAMP
Character Designer: Kumiko Takahashi
Producteurs:

  • Kasuhiko Ikeguchi
  • Yumiko Masujima

Producteurs exécutif:

  • Megumi Sugiyama
  • Yutaka Takahashi

Producteur de production: Masao Maruyama
Directeur de production: Kumiko Takahashi
Scénariste:

  • Yoshihiko Urahata (OAV 1)
  • Hiroaki Jinno (OAV 2)

Character Design: Kumiko Takahashi
Directeur Artistique: Masuji Ikeda
Artiste:

  • Mamoru Kurozawa
  • Nobuhiro Seikino
  • Yuriko Ikebara

Directeur de la photographie: Hitoshi Yamaguchi
Direction de l'animation : Kumiko Takahashi:

  • Dai Fujikawa
  • Satoshi Tazaki
  • Hidekazu Shimamura
  • Masahiro Kimura

Animateur:

  • Hideji Ito
  • Kazuo Shimizu
  • Michiko Hayashi
  • Osamu Kobayashi

Artiste décors:

  • Emiko Koizumi
  • Sachiko Takagi

Montage:Yukiko Itô
L'entre animation: Yoh Yoshinari
Planning :

  • Mitsuhisa Hida
  • Masaki Sawanobori
  • Nagateru Katô

Direction sonore:

  • Jun Watanabe
  • Noryoshi Matsuura

Effets musicaux:Daisuke Jinbo
Producteur musique: Mineyuki Kugisaki
Chanteur de la chanson thème: Hideaki Matsuoka
Éditeur de la B.O.: Epic

Liste des doubleursModifier

JaponaisModifier

Subaru Sumeragi : Kappei Yamaguchi Hokuto Sumeragi : Miki Itô
Seïshirô Sakurazuka : Takehito Koyasu Shinji Nagumo : Shûichi Ikeda
Kazami Asô : Hiromi Tsuru Mirei : Emi Shinohara
Yamagawa : Kôichi Yamadera Yukari-chan : Sayuri Ikemoto
Greffier : Junichi Sugawara Le président : Ikuya Sawaki
Chef d'entreprise : Tomomichi Nishimura Travailleur A : Shinya Ohtaki
Travailleur B : Kenichi Ono Un homme : Masaki Aizawa



FrançaiseModifier

Subaru Sumeragi:Stephane Marais Hokuto Sumeragi:Odile Schmitt
Seïshirô Sakurazuka:Patrice Baudrier Shinji Nagumo et Miyatake:Hervé Caradec
Kazami Asô et Mirei :Catherine Privat Yamagawa et Kawako :Michel Tureau



Le doublage des OAV en français a été assuré par le studio START.
L'adaptation des dialogues a été réalisée par Anne Goldstein, et la direction du plateau par Chantal Briard.

Film liveModifier

Suite au succès rencontré par les OAV de Tokyo Babylon il fut décidé de réaliser un film live de cette oeuvre, Tokyo Babylon 1999.
Le projet sera alors confié à George Iida. S'inspirant de l'intrigue développé dans CALL dans le troisième volume de Tokyo babylon, le film prendra place après la fin du manga et avant le début de X.
C'est finalement le 21 août 1993 que sort, en exclusivité vidéo le film sur le territoire nippon.

Staff completModifier

Réalisateur: George (ou Jôji) Iida
Compositeur: Kuniaki Haishima
Créateur original: CLAMP
Opérateur: Hiromi Enokida
Scénaristes:

Membre consultatif: Yumiko Masujima
Plannification: Nanase Ohkawa
Conception d'emballage: Nanase Ohkawa
Assistant Design: Satsuki Igarashi
Conception des costumes:

Design des effets paranormaux: Mokona
Making of:


Liste des acteursModifier

  • Toshihide Tonesaku : Subaru Sumeragi
  • Wataru Shihôdô : Seishirô Sakurazuka
  • Mari Nishio : Megumi
  • Ritsuko Tsukagoa : Chieko
  • Shiho Kitatsuji : Akimi
  • Aki Miyase : Kana
  • Sachiko Miyazaki : Eiko
  • Keiko Nagai : Ikue
  • Ryôka Yuzuki : Rie
  • Kazuhiro Sano : Kanayama
  • Yûki Satô : Haruka
  • Tokuhisa Tanada : Le père d'Haruka
  • Masako Okuyama : La mère d'Haruka
  • Baiken Jukkanji :Fantôme du vieil homme
  • Shigemitsu Ogi : Shûhei Amano
  • Masato Abe : Etudiant tué par les sept lycéennes
  • Takaaki Aoshima : Etudiant tué par les sept lycéennes
  • Minoru Katsumata : Etudiant tué par les sept lycéennes
  • Kenji Itakura : Fantôme démoniaque hantant Megumi

Autres médiasModifier

Un artbook[9] intitulé Tokyo Babylon Photographs édité aux éditions Shinshokan est publié le 25 avril 1996.

Un livre de cartes postales, Tokyo Babylon Postcards Book fut édité aux éditions Shinshokan en 1993

En fin d'année 1991 sort au Japon et calendrier aux couleurs de Tokyo Babylon, Tokyo Babylon Calendar 1992.

On retrouve des illustrations de la série Tokyo Babylon dans un autre artbook plus généraliste des CLAMP :



Plusieurs CD musicaux liés à Tokyo Babylon sont sortis au Japon :

  • Tokyo Babylon CD COMIC, produit par les éditions Shinshokan et sorti le 25 novembre 1990. Il comprend deux pistes chantées et un CD de drama.
  • Tokyo Babylon Image Soundtrack 1, produit par Sony Music Entertainment le 22 juillet 1992 pour accompagner la sortie du premier OAV[11]. Il est vendu avec un CD drama, Tokyo Babylon : CALL
  • Tokyo Babylon Triple Single une série de trois CD aux couleurs de chacun des personnages de Tokyo Babylon sorti le 21 février 1993 et produit par Sony Music Entertainment.
  • Tokyo Babylon Single Deja Vu est un CD deux titres de Hideaki Matsuoka comprenant les titres "Déjà Vu" et "Vision", générique des OAV.
  • Tokyo Babylon Image Soundtrack 2, produit par Sony Music Entertainment le 09 mars 1994 pour accompagner la sortie du deuxième OAV[12]



Un CD drama prenant place dans l'univers de Tokyo Babylon, et plus précisément dans celui du film live Tokyo Babylon 1999 a aussi vu le jour:

  • Tokyo Babylon 1999 sorti le 22 septembre 1993 et produit par Sony Music Entertainment. Son intrigue se situe après la fin du film live, et est doublé par les acteurs du film.



Ésotérisme dans Tokyo babylonModifier

Subaru Sumeragi étant un Maître du Yin et du Yang, il a recourt à plusieurs sorts et pratiques ésotérique au cours de l'histoire de Tokyo Babylon.
Clamp Anthology, dans le volume qu'il consacre à cette oeuvre, propose un dictionnaire des termes fondamentaux de la magie dans Tokyo Babylon[13]

Puit du temple Seimei.jpg

Puit du Seimei-jinja avec un pentacle ou étoile de Seimei

  • Les Onmyôji, ou maîtres du Yin et du Yang en français, sont des maîtres pratiquant l'onmyōdō (陰陽道). Cette pratique est une cosmologie ésotérique traditionnelle japonaise, qui mélange les sciences naturelles et l'occultisme. Elle est basée sur les philosophies chinoises des cinq éléments, le Wuxing (Bois, feu métal, eau et terre)[14], aussi appelé In-yoo gogyô setsu yi-king[15] au Japon, et du yin et yang[16], introduites au Japon au tournant du VIe siècle. Après la diffusion de ces philosophies chinoise au Japon, les mystiques japonais vont y greffer des sorts et incantations issus du taoïsme[17], du shingon et du shintô. C'est du mélange de ses différentes pratiques que naîtra l'onmyôdô et les onmyôji au milieu du VIIe siècle. Cependant, on considère souvent que le premier grand maître onmyôji fut Kamo no Yasunori (917-977)[18], qui vécu au Japon à l'époque Heian. Ce dernier eut pour disciple celui qui est considéré comme le plus grand onmyôji de tout les temps, Abe no Seimei (921-1005)[19]. Il eut une influence considérable sur la Cour Impériale, et son clan, le Clan Abe, la conserva des siècles durant en régnant sur le ministère du gouvernement du onmyōdō, tandis que les membres du clan Kamo était gardiens héréditaires du calendrier. A la mort d'Abe no Seimei l'empereur Ichijō fit construire à l'emplacement de la demeure de ce dernier un temple shintô, le Seimei-jinja[20], et dès lors Abe no Seimei devin un personnage semi-légendaire très présent dans le folklore japonais. Il est souvent opposé à un autre onmyôji d'une autre école ésotérique, Dôman Ashiya aussi appelé Michitaru Ashiya. Leur rivalité au sein de la cour impériale est proverbiale et serait née du meurtre du père d'Abe no Seimei, Abe no Yasuna, par Dôman. Ce meurtre est d'ailleurs le sujet d'une fameuse pièce de Kabuki Ashiya Dōman Ōuchi Kagami (« Miroir courtois d'Ashiya Dōman »). Cette rivalité entre les deux écoles d'onmyôdô et ces deux fameux onmyôji n'est pas sans rappeler la rivalité existant entre le Clan Sumeragi et le Clan du Sakurazukamori.


Mon de Abe no Seimei.png

Mon ou emblème d'Abe no Seimei

  • Le gobosei ou étoile à cinq branches est aussi appelé au Japon Seiman ou "étoile d'Abe no Seimei". Il est l'équivalent du pentacle[21] occidental. Cette étoile à cinq branches, souvent représentée sous la forme d'une amulette utilisée dans les invocations magiques, a des origines très anciennes et se retrouve dans toutes les civilisation. Ainsi en Grèce antique elle symbolisait l'étoile de Vénus, et dans l'Egypte ancienne elle représentait les dieux et les âmes. Dans la tradition chinoise du Wuxing, ce pentacle représente le lien entre les cinq éléments. C'est ainsi que cette inscription magique fut reprise par le Shingon. Comme en occident, le pentacle inversé appelle les esprits malfaisants. C'est pourtant le type de pentacle qu'utilise pour ses maléfices Seishirô. C'est un pentacle inversé qu'il a scellé sur les mains de Subaru.


  • Le Shingon (眞言 ou 真言)[22] est une école bouddhiste japonaise, fondée au VIIIe siècle par le moine Kūkai (空海)[23] qui reçut le titre posthume de Kobo Daishi, "le grand instructeur de la Loi". Le mot Shingon signifie « parole vraie ». Il s'agit de la traduction japonaise du mot sanskrit mantra qui désigne la prière mystique en Inde.Son idéal se résume dans la phrase « Sokushin-Jōbutsu », qui signifie « devenir bouddha dans cette vie avec ce corps ». C'est un des courants majeurs du bouddhisme japonais. Une caractéristique du Shingon est l'utilisation graphique pour les visualisations, de semences germe (graine) ou bija en sanskrit, écrites en Siddham (en japonais Shittan 悉昙 ou Bonji 梵字) une ancienne écriture indienne. Ainsi dans cette école de la "parole vraie" pour pouvoir lancer des sorts, on utilise des "mots qui ont du pouvoir" et qui portent en eux la vérité. Cette pratique sacrée tire son origine du brahmanisme où la récitation ininterrompue de sûtras était destinée à adorer les dieux. En incantation c'est une magie qui purifie les esprits et repousse le mauvais œil. Ainsi dans Tokyo Babylon Subaru récite le mantra shingon de Senju Kannon alors que Seishirô utilise celui de Fudo Myô-ô[24].



  • Les nom, lieu et date de naissance revêtent un importance toute particulière dans l'ésotérisme et la pratique magique shingon. En effet, le nom d'un individu est considéré comme un "mot qui a un pouvoir" dans le shingon. Avec lui, on peut contrôler la personne. La date de naissance est une information importante qui permet de trouver la planète sous laquelle est née l'individu. Enfin, avec le lieu de naissance, les gens peuvent connaître l'avenir de l'homme en question et son destin. C'est pourquoi Seishirô et Subaru mentent à propos de leurs informations personnelles.


  • Le Shintô (神道, littéralement « la voie des dieux » ou « la voie du divin »)[25] est une religion propre au Japon qui mélange des éléments polythéistes et animistes. Il s'agit de la religion la plus ancienne du Japon et particulièrement liée à sa mythologie. Le terme « shintō », lecture sino-japonaise, ou « kami no michi », est apparu pour différencier cette vieille religion du bouddhisme « importé » au Japon au vie siècle. Cette religion honore les kamis, des divinités. Innombrables, les kamis sont partout, se cachant sous les formes les plus diverses, aux endroits les plus inattendus. Il convient donc de se montrer à leur égard d’une prudence extrême, d’autant que les plus petits sont parfois les plus susceptibles. Leur caractère est ambigu, comme la nature elle-même. Tous, y compris les meilleurs d’entre eux et les plus grands, possèdent un « esprit de violence », arami-tama (荒御魂?), qu’il faut se concilier ou neutraliser par des rites appropriés, en leur offrant des prières et en leur consacrant des temples. Si les kamis viennent à être négligé ils peuvent alors se transformer en tatarigami des esprits malfaisants. C'est pour cette raison que Subaru dans Tokyo Babylon est pris d'un mauvais pressentiment lorsqu'il passe à côté d'un sanctuaire en train d'être détruit.


Invocation de shikigami.jpg

Onmyôji invoquant des shikigami

  • Les shikigami (式神)[26] sont une sorte d'esprit invoqué pour servir un adepte du onmyōdō, à l’instar des familiers en Occident. C'est un animal serviteur issu de l'esprit de l'onmyôji qui l'invoque. Les shikigami ne peuvent être vus par la plupart des gens, mais selon les onmyōji de la période Heian, les shikigami ressemblaient souvent à des oni de la taille d’un enfant. On considère généralement que la représentation du shikigami change en fonction de l'âme de celui qui l'invoque. Bien qu'invisibles, les shikigami pouvaient supposément, sous les ordres de l’onmyōji, prendre une gamme de formes humaines ou animales, posséder ou enchanter les gens et même provoquer des blessures physiques ou la mort. On croyait à l’époque, que le célèbre onmyōji, Abe no Seimei, était particulièrement adroit dans la manipulation des shikigami, leur faisant même accomplir divers travaux autour de sa demeure. On disait aussi que les Douze Généraux célestes étaient parmi les shikigami qu'il employait. Dans Tokyo Babylon prend la forme d'un ou plusieurs grands oiseaux blancs alors que celui de Seishirô apparaît sous la forme d'un rapace prêt à bondir sur sa proie.


Inugami estampe.jpg

représentation d'un inugami

  • Les Inugami (犬神)[27] sont un type de shikigami émanant et ressemblant habituellement à un chien. Généralement, ils exécutent une vengeance ou agissent comme gardiens si l’inugami-mochi, ou « le propriétaire de l’inugami », le leurs ordonne. Les inugami sont extrêmement puissants, capables d'exister indépendamment de leur propriétaire et même de se retourner contre lui. Ils peuvent aussi posséder un être humain. La croyance populaire veut qu'un inugami soit créé en enterrant un chien jusqu'au cou et en plaçant de la nourriture autour de lui qu'il ne peut pas atteindre. Le chien agonise alors pendant des jours, pendant lesquels son maître lui répète que sa douleur n'est rien comparée à celle que lui, son maître, endure de son côté. Quand le chien meurt, il devient un inugami. Puisque son dernier souhait était de manger, les aliments placés autour du corps agissent comme une offrande qui apaise son esprit, le rendant du coup obéissant. Dans d'autre tradition il faut décapiter le chien. Ce type d'incantation était plus généralement pratiqué à Shikoku et dans une partie de Kyushu. Dans le volume 4 de Tokyo Babylon, Subaru est confronté à une mère qui invoque un inugami dans le but de tuer l'assassin de sa fille.


  • Le kekkai (結界) est un mot d'origine bouddhique qui désigne une barrière de protection spirituelle qui protège ceux qui s'y trouve dedans des attaques magiques ou des mauvais esprits qu'elle repousse. Cette enceinte de protection prend de multiples formes, suivant les croyances et les régions. Le kekkai a été fondé à partir des cérémonies religieuses et de la géométrie.


AnecdotesModifier

Shoten5-cover.jpg

Couverture du Clamp Book 19 : Shoten 5 de 1990 avec la première apparition des futurs protagonistes de Tokyo Babylon

Dans l'interview qu'elles ont donnée dans le Clamp Anthology consacré à la série Tokyo Babylon[28], les CLAMP expliquent que le prototype de l'histoire de Tokyo Babylon provient d'un roman que Nanase Ohkawa avait commencé à écrire.
Le scénario était différent, plus comique, mais les personnages restaient les mêmes, avec un onmyôji qui chassait des monstres.
En se basant sur cette histoire les Clamp créèrent le design des personnages de Subaru, Hokuto et Seïshirô qui apparaissaient pour la première fois en couverture Clamp Book 19, Shoten 5[29], leur doujinshi(recueils édités par des amateurs), où était publiée le premier chapitre de l'histoire d'Ohkawa. Elles firent une autre illustration couleur et une autre histoire avec Subaru et Seishirô pour le Clamp Book 21, Shoten 6
Quand le magazine South leur a proposé de sortir une nouvelle série, elles ont donc décidés de réutiliser cette histoire et ces personnages là.

Initialement les CLAMP voulait baptiser sobrement la série "Tokyo", mais elles trouvaient que cela sonnait trop comme un titre d'Enka (Chant populaire japonais), alors elles ont décidé de rajouter un mot après. C'est ainsi que fut rajouté "Babylon", en référence à la Babylone biblique à laquelle peut s'apparenter la ville de Tokyo dans le manga.

Comme ça sera le cas plus tard pour des œuvres telles que Trèfle, ou xxxHOLiC, les CLAMP ont donné à Tokyo Babylon une patte graphique particulière.
On le voit notamment dans les illustrations couleurs. Elles utilisaient à l'époque des trames de couleur avec des couleurs bien nettes. Ces trames étaient difficiles d'utilisation et les CLAMP expliquent que si elles ont pu expérimenter ce type de méthode à l'époque c'est parce qu'elles n'avaient pas encore de chats.

La différence graphique de Tokyo Babylon est mis en avant dans un court omake (BD bonus), où le personnage de Subaru et celui d'Ashura de RG Veda comparent leurs différences graphiques, notamment au niveau du traitement des reflets dans les cheveux et dans les yeux quasiment inexistant dans Tokyo Babylon.

Yasunori Katō dans TB.jpg

Apparition humoristique de Yasunori Katō dans le premier chapitre de Tokyo Babylon

La création de Tokyo Babylon et de ses personnages fut grandement influencée par une série de romans très populaires au Japon dans les années 80, Teito Monogatari[30] (帝都物語 littéralement Le conte de la Capitale Impériale) de Hiroshi Aramata (荒俣 宏 Aramata Hiroshi)[31].
Ces histoires furent prépubliées à partir de 1983 par Kadokawa Shoten avant d'être éditées en une série de 10 romans entre 1985 et 1987. Teito Monogatari prend place au début du XX° siècle au Japon dans la ville de Tokyo, et relate les pérégrinations de Yasunori Katō ( 加藤保憲 Katō Yasunori )[32] un mystérieux lieutenant de l'armée impériale japonaise qui se révèle être en réalité un puissant Maître du Yin et du Yang ou Onmyōji, combattant les forces occultes qui hantent la ville grâce à ses pouvoirs.
Cette série de romans remit au goût du jour les personnages d'Onmyōji au Japon, qui devinrent alors très populaires.
C'est donc en se réappropriant ce folklore que les CLAMP et notamment Nanase Ohkawa aboutirent à la création de Tokyo Babylon.

Quelques clins d’œil au personnage de Yasunori Katō sont faits dans la série. Ainsi, dans le premier chapitre du manga, un miniature de Yasunori Katō apparaît dans une case tel un fantôme ou il souhaite bonne chance à Subaru, alors que la sœur de ce dernier, Hokuto, lui demande de s'excuser de son manque de confiance en lui auprès de ce même Katō.

Dans cette même scène, Hokuto demande aussi à Subaru de s'excuser auprès de Kujaku de la série Kujaku-Ō (孔雀王)[33]. Kujaku est un jeune moine Bouddhiste appartenant à l'organisation secrète Ura-Kōya, chargée au sein de la secte Shingon de chasser et de détruire démons ou monstres dans un manga de Makoto Ogino paru au Japon entre 1985-1989.

Concernant Yasunori Katō, certaines de ses caractéristiques se retrouve aussi chez les héros de Tokyo Babylon. Ainsi Katō porte en permanence des gants sur lesquels figure des Seiman (pentagramme). Subaru porte lui aussi en permanence des gants pour dissimuler les seiman tatoués sur le dos de ses mains par la magie du Sakurazukamori.
Tout comme Katō, Seishirô utilise pour invoquer son shikigami (invocation, esprit serviteur) un parchemin noir sur lequel est dessiné en blanc un pentagramme (seiman). De plus, plusieurs illustrations couleurs des CLAMP montre un Seishirô vêtu de façon très similaire à Yasunori Katō, notamment portant sa casquette caractéristique.

Les titres des deux premiers romans de Teito Monogatari sont "Le Grand Esprit de Tokyo" ( 神霊篇) et "Babylone Surnaturelle" (魔都(バビロン)篇). On sent là encore toute l'influence qu'on put avoir ces romans sur Tokyo Babylon.

De part ses références à des œuvres réelles (livres, mangas) contemporaines à son histoire, à des idoles en vogue au Japon en ce temps là, où à des événements historiques (comme la catastrophe de Tchernobyl), Tokyo Babylon constitue à la fois une oeuvre qui s'inscrit dans son époque mais aussi le manga des CLAMP le plus en lien avec la réalité, en dépit de son thème ésotérique.
Cette oeuvre fut donc un moyen pour le quatuor de faire passer un message, une critique fine et tranchée des dérives de la société dans lequel elles évoluaient alors.

Au Japon la pratique de l'onmyōdō (陰陽道), c'est à dire les sciences ésotériques et occultes pratiquées par les exorcistes Onmyōji, fut déclarée superstition et interdite au Japon au cours du XIX° siècle. Ce n'est qu'à partir de 2006 que l'interdit fut levé et l'étude du onmyōdō est de nouveau permise.

Box pour édition deluxe Tokyo Babylon.jpg

Box pour édition deluxe

Au Japon, en 2012, plusieurs anciennes séries de CLAMP furent rééditées en édition deluxe, un format de manga plus compact, sous le nom de CLAMP CLASSIC COLLECTION.
La sortie de ces éditions fut accompagnée de la sortie d'un box de rangement adapté pour chaque série.
Ainsi, l'édition deluxe de Tokyo Babylon, à l'instar de celles de RG Veda et de l'ensemble des séries se déroulant au Campus Clamp, bénéficia donc de cette boîte avec un nouvel art inédit de Mokona.

Dans Clamp in Wonderland de 1994, et Clamp in Wonderland 2 de 2007, clips mettant en scènes les personnages des différentes séries du groupe CLAMP, Subaru Sumeragi, Hokuto Sumeragi et Seishirô Sakurazuka apparaissent en tant que représentants de la série Tokyo Babylon.

Comme beaucoup de série de Clamp, on peut trouver divers goodies à effigie de personnages de Tokyo Babylon et plus particulièrement de Subaru et de Seishirô, comme des Pochettes, des mugs, des sacs, des bijoux ou encore la figurine SD de Subaru et Seishirô provenant du Clamp in 3D Land.

RéférencesModifier

  1. Page officielle
  2. Page wikipédia française sur l'Onmyōdō
  3. Clamp Anthology 11 page 31
  4. Page officielle de Black Bones
  5. Page Manga-News TV sur Tokyo Babylon
  6. Page Animenews network sur les OAV Tokyo Babylon
  7. Animebase d'Animeland sur les OAV Tokyo Babylon
  8. Page wikipédia japonaise sur les OAV Tokyo Babylon
  9. Clamp Anthology volume 3 page 18 catalogue des produits liés à Tokyo Babylon
  10. [Pages 208 et 213 de l'artbook All About Clamp]
  11. Page nautiljon sur Tokyo Babylon Image Soundtrack 1
  12. Page nautiljon sur Tokyo Babylon Image Soundtrack 2
  13. Clamp Anthology volume 3 pages 22 à 23
  14. Page wikipedia française sur le Wuxing
  15. Page wikipédia française sur le Yi-king
  16. Page wikipédia française sur le Yin et le Yang
  17. Page wikipédia française sur le taoïsme
  18. Page wikipédia sur Kamo no Yasunori
  19. Page wikipédia française sur Abe no Seimei
  20. Page wikipédia française sur le Seimei-jinja
  21. Page wikipédia française sur le pentacle
  22. Page wikipédia française sur le Shingon
  23. Page wikipédia sur le moine Kûkai
  24. cf partie anecdotes des pages de Subaru et Seishirô
  25. Page wikipédia française sur le shintoïsme
  26. Page wikipédia française sur les shikigami
  27. Page wikipédia française sur les inugami
  28. Clamp Anthology volume 3 pages 5 à 7
  29. Page coréenne proposant les illustrations de cette histoire ainsi que le script en anglais
  30. Page wikipédia anglaise sur Teito Monogatari
  31. Page wikipedia anglaise sur Aramata Hiroshi
  32. Page wikipédia anglaise sur Yasunori Katô
  33. Page wikipédia française sur le manga Kujaku-Ō

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard