FANDOM


Sonsei-ô
Sonsei-ô
(尊星王, Sonseiō)
Informations
Sexe Féminin Féminin
Race Déesse
Famille Ancien Empereur du Ciel Masculin (frère et amant)

Kujaku Masculin (fils incestueux)
Kisshô-ten Féminin (nièce)

Résidence Dans le Tenkai (royaume céleste)

Au Palais Zenmi puis dans ses geôles

Occupation Liseuse d'Etoiles
Statut Décédée
Divinité Sonshō-ō, divinité de l'étoile polaire, "Roi Etoile vénérabilissime"
Caractéristiques physiques
Cheveux Noirs
Yeux Inconnus
Pouvoirs Lit l'avenir dans les étoiles
Titre(s)
Série RG Veda
Début
Manga Volume 10 chapitre 15 de RG Veda de 1996

La foudre et les flammes des palais jumeaux II

Média
Apparaît dans Manga

Sonsei-ô (尊星王) est un personnage de la série RG Veda.
Morte de nombreux siècles avant le début de l'histoire, sa vie nous est contée sous forme de flash-backs au cours du dernier volume du manga qui révèle le passé d'un des personnages principaux, Kujaku.
En effet, Sonsei-ô est la mère de ce dernier. Il est l'enfant né d'un inceste qu'elle a commis avec son propre frère, l'Ancien Empereur du Ciel.
Puissante Liseuse d'Etoiles au destin tragique, elle entraîne par sa folie son propre fils dans sa déchéance.

Description du personnageModifier

Sonsei-ô est une femme mature d'une grande beauté, à la fois mince et élancée.
Elle est élégamment vêtue d'une robe fourreau à large voilage, à la taille enserrée par un corset, brodé au buste d'une demi fleur incrustée en son centre d'une pierreries, qui souligne gracieusement ses formes et sa taille fine.
Cette robe est agrémentée de très longues manches tombant jusqu'au sol en-dessous desquelles elle porte des manches moulantes descendant jusqu'aux mains.
Elle porte sur la tête une coiffe, un attifet brodé sur la longueur de petits grelots, sur le devant d'un fleur, peut-être un chrysanthème impérial, et à l'arrière de l’œil des Liseur d'étoiles duquel pend un long voile vaporeux.
Ses cheveux sont noirs et ondulés, retenus en une coiffure complexe. Deux longues et épaisses mèches en anglaise encadrent son visage, alors que le reste de sa chevelure est divisée en deux en une espèce de coiffure en raquette, lâche et tombante, en dessous de laquelle pendent des pampilles dorées.
Sur son front est tatoué le troisième œil ailé symbole des liseuses d'étoiles. Son visage est fin et noble avec des lèvres carmins bien dessinées, un nez long et droit, et de grands yeux en amendes plein de mélancolie.
On niveau de sa personnalité peu d'éléments sont connus, Sonsei-ô n'apparaissant qu'au travers de flash-backs.
Cependant il est évident qu'elle a une personnalité complexe et torturée. Femme amoureuse, malgré le tabou que cela représente, de son frère, ce dernier la fait enfermer pour dissimuler leur péché commun. Mais le sort que lui impose ce frère chéri ne semble pas altérer ses sentiments à son égard.
Au contraire elle va passer sa rancœur sur son fils, né de leur inceste, Kujaku. Cependant la relation qu'elle entretient avec cet enfant est complexe. D'un côté elle lui répète qu'elle aurait plus heureuse si il n'était pas né et lui reproche son sort, et de l'autre elle semble parfois lui témoigner de l'affection.
Devenue folle au cours de son incarcération elle cherchera à mettre fin à ses jours et à ceux de Kujaku, mais alors qu'elle étrangle son propre fils, elle est traversé d'un éclaire de lucidité. Les yeux plein de tristesses elle relâche sa prise et se transperce le cœur avec son propre khakkhara[1] afin de rendre sa liberté à cet enfant mal aimé.

PouvoirModifier

Khakkhara

Khakkhara de Sonsei-ô dont hérite Kujaku

Les pouvoirs de Sonsei-ô ne sont jamais montrés, cependant on sait qu'elle est une liseuse d'étoiles et même qu'elle en est la représentante légitime, Kujaku se présentant comme "L'héritier légitime du nom et du sang des "liseurs d'étoiles".
Cela signifierait donc que Kuyô et à plus forte raison Hanranya, n'aurait pas dû être des liseuses d'étoiles impériales à la base.
D'ailleurs si Kujô est aveugle, et qu'Hanranya le devient pour obtenir ce pouvoir, on constate que Sonsei-ô elle ne l'est pas.
Il est possible que possédant le sang des liseurs d'étoiles elle n'ait pas eu besoin de souffrir de cette cécité pour obtenir ce pouvoir.
Comme tous les liseurs d'étoile Sonsei-ô lit le futur dans le mouvement des astres, mais connait comme limitation à son pouvoir de ne pas pouvoir lire son propre avenir ou celui d'un autre liseur d'étoiles.
Sonsei-ô utilise pour canaliser ses pouvoirs un khakkhara, aussi appelé en japonais shakujō. Il s'agit du bâton typique des prêtres bouddhiques qui leur sert à la fois pour la prière et comme arme de défense.
Ce type de bâton à traditionnellement 4 anneaux à son sommet qui représente les Quatre Nobles Vérités[2].
C'est Kujaku qui héritera de ce khakkhara ainsi que des pouvoirs de sa mère.

HistoireModifier

Hanranya découvrant la relation entre Sonsei-o et lEmpereur

Hanranya découvrant la relation entre Sonsei-o et lEmpereur

Sonsei-ô apparaît pour la première fois dans l'histoire de RG Veda au dernier volume du manga, au volume 10 "La foudre et les flammes des palais jumeaux II", dans les souvenirs de Kujaku dont elle est la mère.
Elle était un personnage important du Tenkai, la Liseuse d'Etoiles impériale qui prédisait l'avenir du monde, et surtout la sœur de l'Empereur du Ciel.
Mais elle et son frère partageaient plus qu'un lien fraternel, un véritable sentiment amoureux, et ils entretinrent une relation incestueuse cachée. Cependant, le secret de leur relation risqua de se briser lorsque Sonsei-ô tomba enceinte.
L'enfant, comme témoin de leur péché, naquit avec sur le front un troisième œil, l'œil céleste, qui frappe ceux qui ont commis un acte indigne même d'un démon, et qui est la marque de la déchéance. Il naquit aussi avec les yeux violets qui sont aussi la marque du démon.
L'Empereur du Ciel que tous prenaient pour un homme saint, profondément bon et gentil, décida de faire disparaître cette tâche de son règne et fit enfermer dans les geôles du Palais Zenmi sa sœur et ce fils incestueux.

Passé de Kujaku

Passé de Kujaku

Il continua ainsi à maintenir l'illusion aux yeux de tous qu'il était un grand Empereur, et ce même au yeux de sa fille légitime, Kisshô-ten, qui toute sa vie ignora la vérité sur son père et ne le vit que comme un père doux, aimant et attentionné.
De leurs côtés dans les geôles, la vie des deux prisonniers était bien plus pénible. Sonsei-ô oscillait entre des moments où elle accusait son fils de ses malheurs et où elle déclarait qu'elle aurait été plus heureuse s'il n'était pas né, et quelques rares moment de tendresse.
Kujaku grandit avec le sentiment qu'il n'avait jamais été désiré, d'autant que son père passait de temps en temps les visiter mais uniquement pour voir sa sœur qu'il aime toujours.
Peu à peu Sonsei-ô sombra dans la démence. Elle hurla d'abord aux barreaux de sa prison qu'on la laisse sortir, puis après avoir rappelé à Kujaku ses fautes elle hurla de rire et finit prostrée dans sa cage.
Inquiet pour sa mère, Kujaku appella son père lui expliquant qu'elle à l'air malade et qu'il devait au moins la faire sortir elle. Mais l'Empereur soulèva avec dédain la frange de l'enfant dévoilant son troisième œil qui était la marque de son crime à lui.
Il décida de fuir à tout jamais en laissant là sa sœur et son fils.
Kujaku l'appela encore avec désespoir, disant que puisqu'il ne voulait pas de lui, lui voulait bien mourir mais qu'il devait sauver sa mère. Hélas ses appels restèrent à jamais sans réponse.
Kujaku voulut absolument sauver sa mère. Si son existence la rendait malheureuse alors il voulait qu'on le tue.
Dans son appel déchirant à la mort il se mit à verser des larmes de sang et des ailes noires apparurent dans son dos.
Voyant sa mère reprendre conscience suite à cela, il se tourna vers elle et lui jura qu'il la ferait sortir d'ici.
Sonsei-ô le regarda avec une infiniment triste. Le visage en pleure, elle se mit à l'étrangler déclarant qu'ils allaient mourir ensemble puisqu'on ne voulait ni d'elle, ni de lui. Puis une fois encore elle lui dit "Tu n'aurais pas dû naître."
Kujaku, voyant le visage affligé de sa mère, se résolut à se laisser tuer, mais contre toute attente Sonsei-ô dans un moment de lucidité, le relâcha et se suicida en se plantant son propre khakkhara dans le cœur.
Suite à la mort de Sonsei-ô Kujaku parvint à s'enfuir de geôles où le retenait son père, rongé par la mort de sa mère qui été alors son unique univers.

Arbre GénéalogiqueModifier

 
 
 
 
 
Inconnue
 
Ancien Empereur du Ciel
 
 
 
 
 
Sonsei-ô
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Bishamon-ten
 
Kisshô-ten
 
 
 
 
Kujaku
 
 
 
 
 
 
 

AnecdotesModifier

Le nom de Sonsei-ô se compose de trois kanjis, 尊(son) qui signifie "respecter" ou "vénérer", 星(sei) qui signifie "étoile" et enfin 王(oo) signifiant "Roi". Son nom désigne donc "Monarque de la Vénérable Etoile" ou "Roi Etoile vénérabilissime".

Myoken

Peinture de Sonshō-ō du XV° siècle (époque de Muromachi) du temple Mimuroto-ji de Kyoto

Sonsei-ō[3] est une divinité bouddhique (parfois masculine, parfois féminine) aussi connue sous le nom de Sonshō-ō, de Sonjō-ō ou de Sonsho-ō (尊星王, autres lectures possibles de ces kanjis) soit le "Roi Etoile Vénérabilissime, considérée comme la divinité de l'étoile polaire et parfois par extension de la Petite et de la Grande Ourse qui tourne autour de ce point.
On l'honore de façon générale en tant que Grand Bodhisattva (Dai Bosatsu)[4].
Le nom "Sonsei-ō" de cette divinité est propre à la secte bouddhique ésotérique japonaise Tendai. Mais elle est aussi connue sous le nom plus courant de Myōken ou Myōken Bosatsu (妙見菩薩)[5], c'est à dire "Vue Merveilleuse" (soit dans le sens qu'il est très beau, soit, comme c'est plus généralement admis, dans le sens qu'il voit tout).

Graine So

Graine sanskrite de Sonsei-ō/Myōken, il s'agit de sa représentation bouddhique prononcée So(そ)

Ce nom découle certainement de la divinité qui est à son origine, un dieu de l'hindouisme du nom de Sudrsti (Sanskrit: सुदृष्टि) dont le nom signifie "A la vue excellente" (sûrement en référence au test d'acuité visuel réalisé sur l'étoile Mizar (ζ UMa) de la Grande Ourse[6]), aussi appelé Sudarśana (सुदर्शन) "Beau à voir, Aimable à voir".
Le courant ésotérique qui honore Myōken plus spécifiquement sous le nom de Sonsei-ō, voit ce dieu comme l'arbitre même de la rétribution et du destin. C'est donc une divinité lié au destin et plus exactement au destin déterminé par les étoiles.
De plus, l'étoile polaire est considéré comme un des symboles impériaux. On utilisait ainsi le mandala de Sonsei-ō en rituel pour assurer la santé et la longévité de l'empereur.
On comprend donc ici le lien avec la Sonsei-ô du manga à la fois Liseuse d'Etoiles et sœur de l'Empereur.
De plus, dans la branche Jimon de la secte Tendai, l'image de Myōken (l'autre nom de Sonsei-ō) est parfois assimilée à celle de Kichijoten ou Kisshô-ten (吉祥天) la déesse de la beauté, la fertilité, la prospérité et du mérite.

Au niveau de son iconographie traditionnelle[7] de Sonsei-ō, cette divinité apparaît couramment sous les traits d'un jeune homme, mais parfois selon les rituels d'une femme, dotée de 4 bras.
Il porte généralement dans sa main supérieure droite un disque solaire avec un corbeau noir à trois pattes à l'intérieur et dans la main supérieure gauche un disque lunaire avec un lapin et une grenouille à l'intérieur.
Selon les œuvres cette divinité est représentée avec des artefacts différents dans les mains inférieurs.
Ainsi elle peut parfois tenir un trident (Gekihoko戦鉾) dans la main droite et un khakkhara (ou Shakujo 錫杖) avec quatre anneaux métalliques dans la main gauche.
D'autre fois elle est représentée avec un pinceau pour écrire dans la main droite et un parchemin ou un mutra dans la main gauche. Dans ce cas Sonsei-ō est généralement accompagné d'un serviteur démon un Yasha (夜叉) lui tenant l'encre.
Sonsei-ō est aussi généralement représenté debout sur le dos d'un dragon (parfois une tortue ou un serpent) volant au milieu des nuages. Il est parfois représenté debout sur sa jambe gauche, la jambe droite pliée avec le pied posé sur la cuise gauche.

Le mantra japonais consacré à Sonsei-ō/Myōken est :
おん そぢりしゅた そわか.
おん まかしりえい しべい そわか
Il se lit :
On Sochirishuta Sowaka.
On Makashiri-ei Shibei Sowaka.

La première édition de RG-Veda proposait un glossaire afin de se familiariser avec les divinités présentes dans le manga. Sonsei-ô avait la description suivante : Sonsei-ô (Sudrishta ou Dhriva) : Déesse de l'étoile du Matin.

RéférencesModifier

  1. Page wikipédia anglaise sur le Khakkhara
  2. Page wikipédia sur les Quatre Nobles Vérités
  3. Page Japanese Buddhist Statuary sur les 28 divinités célestes des mandalas Shingon et Tendai
  4. Extrait du livre Dieux et Bouddhas au Japon de Bernard Frank
  5. Page wikipédia anglaise sur Myōken
  6. Page wikipédia sur l'observation des étoiles de la Grande Ourse
  7. Page Kamigraphie autrichienne sur Myōken Daibosatsu

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard